Articles avec #adherez a la cgt tag

Publié le 27 Décembre 2019

 

l’Assemblée nationale a voté l’instauration d’un crédit d’impôt en lieu et place de la réduction d’impôt jusqu’ici en vigueur. Traditionnellement, l’adhésion à une organisation syndicale donnait droit à une réduction d’impôt correspondant aux deux tiers de la cotisation payée. À condition d’être imposable sur le revenu
la moitié des foyers est en dessous du seuil minimal d’imposition. Les salariés les plus modestes ne pouvaient donc bénéficier de la mesure, alors que sa démarche consiste à favoriser l’adhésion syndicale. Avec la mise en place d’un crédit d’impôt, tous les salariés se retrouvent à égalité car les non-imposables recevront un chèque du Trésor public égal à 66% de leur cotisation.
la mesure étant intégrée à la loi de finances rectificative, elle s’appliquera dès 2013 sur les cotisations payées en 2012


Comme plusieurs dizaines de milliers de salarié-e-s qui l’ont fait, vous envisagez de rejoindre la CGT. 
Quelles que soient vos motivations, vous exprimez ainsi la volonté de ne pas rester isolé-e, d’être acteur, actrice de votre avenir, de prendre en main vos revendications.



Contactez vos représentants Syndicaux

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT, #Droit des salariés

Repost0

Publié le 15 Février 2019

Jeune, le monde ne t’attend pas !

Ta liberté, ta vie, n’appartiennent qu’à toi. Mais personne ne t'attends !

Toi seul as la clé du monde et de ton avenir ! A toi de t'en saisir !

Personne ne t’explique le monde ! Est-ce normal ?  

Aussi bizarre que cela paraisse, que ce soit à la télévision, à la radio, dans les journaux, et même à l’école, personne ne t’explique le monde.

Tout t’est présenté en vrac: insécurité, violence, guerres, mouvements sociaux et grèves, économie, concurrence, écologie, racisme, etc. Et personne ne décripte le monde.

Pourtant les choses ne sont pas si compliquées.

On peut presque dire que le monde est simple:

Si on ne te l’explique pas simplement, c’est qu’il y a des raisons.

Il y a des "immensément riches" qui veulent l’être plus encore et le rester. Et il y a des pauvres, et des "immensément pauvres", qui veulent avoir une vraie vie.

Même si cela ne fait pas plaisir à entendre, pour les immensément riches tu es un futur pauvre; ils veulent que tu le sois et que tu le restes.

Car la source de la richesse des « immensément riches »: la richesse provient du travail des salariés.

Le travail humain est la source de toute richesse.

Le travail des salariés transforme la nature en produits manufacturés qui deviennent des marchandises.

Celles-ci ne sont pas la propriété des salariés, car ils ont vendu leur force de travail à un patron, contre un salaire.  Et pour survivre, ils ne peuvent pas faire autrement.

Le fruit de leur travail, c'est-à-dire les marchandises, sont la propriété des patrons qui leur ont acheté leur force de travail.

C’est la production et l’échange des marchandises qui est la source de la richesse  des « immensément riches ».

L’organisation de tout cela s’appelle « le capitalisme ».

L’exploitation de l'homme par l'homme est au cœur des malheurs du monde

La source de toute richesse c’est le travail humain.

Mais l’immense majorité des êtres humains est spoliée des fruits de son travail. 

Un immense racket est organisé sur la planète entière pour mettre la main sur les richesses et les contrôler. 

Ainsi les « immensément riches » agissent-ils comme des prédateurs sur le monde entier, pour accroître leurs propres richesses, source de leur pouvoir. 

La pauvreté, la misère, les SDF, mais aussi la faim dans le monde, les conflits et les guerres, ont pour origine cette soif de prédation des richesses par une minorité d’individus dont tu ne fais pas partie. 

Aujourd'hui les attaques contre les salariés grecs, portugais, espagnols, français, etc. sous prétexte de combattre la crise, vise en fait à renforcer l'extortion de richesses au seul profit des plus riches.

Qu’est-ce qui s’achète sur le "Marché du Travail" ?

Personne n’explique à personne ce qu’est le marché du travail !

L’école n’en dit rien.

Or, si tout le monde sait ce qu’est le "Travail", personne n’explique le terme "Marché" dans l’expression "Marché du travail".

Le Marché du travail, c’est comme le marché du samedi à Dieppe (ou ailleurs), ou comme le Supermarché.

Ce qui s’achète et se vend sur le marché du travail , ce n’est ni du fromage, ni des voitures, ni des fringues.

Sur le Marché du travail, ce qui s’achète ou se vend ce sont les qualifications et les compétences, c'est-à-dire la « force de travail ».

Les qualifications s’acquièrent à l’école, au lycée et à l’université:

Le diplôme garantit leur qualité; c’est, en quelque sorte, l’étiquette de la marchandise.

  • => Le Patron, ou l’entreprise, est l’acheteur.
  • => Le Salarié est le vendeur.
  • => Le prix de vente s’appelle le salaire !

Le salarié a besoin de vendre sa force de travail pour pouvoir survivre.

Le patron a besoin d’acheter de la force de travail pour faire marcher son entreprise.

Les salariés ont besoin de meilleurs salaires pour mieux vivre: c’est pourquoi ils se syndiquent, revendiquent, luttent, et parfois font grève.

Le patron veut payer toujours moins cher la force de travail. C'est pourquoi il se syndique, combat les revendications des salariés, fait jouer la concurrence entre les salariés, et délocalise.

Un fort chômage fait baisser les salaires (effet de la concurrence). (Augmenter le chômage, c'est ce à quoi le gouvernement travaille, au service des patrons)

Quelle différence entre un esclave et un salarié ?

Certains disent: "être salarié c'est être escalave", ou encore "esclave ou salarié c’est pareil" !

C’est faux.

Dans les sociétés esclavagistes,  ce qui se vendait c’étaient les hommes et les femmes. Le propriétaire les faisaient travailler comme des salariés, mais l’esclave n’était pas libre hors de son travail. D’ailleurs il n’était jamais libre ! Car l’esclave était tout entier la propriété de son patron.

Le salarié est un homme libre. Ce qu’il vend, ce n’est pas sa personne mais sa Force de travail, c'est-à-dire ses qualifications et ses compétences. Certes, il perd une partie de sa liberté pendant son temps de travail.

En effet, le salarié n’est pas libre pendant la durée de son travail, mais il le redevient dès la porte de l’entreprise franchie, à la fin de sa période de travail.

C’est pourquoi la définition de la durée du travail est fondamentale ! Les 35 heures et les congés payés sont vraiment des Libertés ! Le droit de grève aussi !

C'est aussi pourquoi la question de la défense de de la retraite à 60 ans est fondamentale ! Car la retraite c'est un moment où le salarié redevient pleinement libre de son temps, libre d'aller et de venir.

Hors du travail, le salarié est libre d’aller et de venir : c’est un droit fondamental défini dans la constitution de la République et dans les textes européens.

Voilà ce qui différentie la société esclavagiste et la société capitaliste dans laquelle nous vivons.

Un syndicat c’est fait pour se défendre !

Le syndicat c'est un groupe de salariés qui se rassemblent,  s'unissent et s'organisent pour se défendre, pour se faire entendre, pour conquérir des droits nouveaux.

C'est un outil pour que les salariés obtiennent une meilleure rémunération de leurs compétences et de leurs qualifications sur le marché du travail.

Les patrons ont, eux aussi, leur syndicat,  le MEDEF. Leurs objectifs sont  d’obtenir que le prix du travail (c’est à dire les salaires) soient le plus bas possibles.

De même les patrons veulent que les salariés aient le moins de temps libre possible (c’est pourquoi ils combattent les 35 heures), que les salariés aient moins de congés payés (c’est pourquoi ils développent l’Intérim), parce qu’ils les veulent plus longtemps au travail pour toujours moins cher. 

Plus les salariés sont nombreux à se syndiquer et s’organiser, plus ils sont forts et plus ils peuvent gagner. Il en y a de nombreux exemples dans le passé, et même plus récemment.

Le syndicat des salariés c'est un outil à leur service, et au service de leurs revendications. C'est du moins la conception qu’a la CGT du syndicalisme.

Le syndicat permet aussi de faire se rencontrer des salariés de toute la France, venant de branches professionnelles complètement différentes…

Cela permet aussi de défendre les salariés privés d’emploi.

La Cgt c’est qui ? C’est quoi ?

La CGT c’est la 1ère organisation syndicale qui a été créée en France. Elle a plus d’un siècle (1895).

Très longtemps elle a été la seule. Mais sa force s’accroissant, et les acquis sociaux avec (création des congés payés, de la semaine de 40 heures, du code du travail, la sécurité sociale, la retraite, etc.), le patronat et les partis politiques réactionnaires ont travaillé à la division.

Des scissions se sont produites dans la CGT, suivies de réunifications. Mais à partir de la Guerre froide (1947), le mouvement d’émiettement du syndicalisme est allé croissant. Aujourd’hui la CGT reste le plus puissant syndicat, mais elle n’est plus seule.

L’émiettement du syndicalisme c’est la faiblesse de tous les salariés.

La CGT, ce sont des syndiqués : des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes qui décident de s'organiser pour se défendre. Dans la CGT, ce sont les syndiqués qui sont "auteurs", "acteurs", "décideurs".

Concrètement, ce sont les syndiqués qui décident des orientations de leur syndicat, qui élisent leurs responsables syndicaux, qui décident des actions nécessaires.

Tous les salariés peuvent adhérer à la CGT, quelles que soient leurs opinions religieuses, philosophiques, culturelles ou politiques, leur nationalité ou leur situation .

Mais aussi quelles que soient leurs situations : privés d'emploi, précaires, retraités, jeunes, ouvriers, ingénieurs, étudiants-salariés. La liste est aussi longue qu'il y a de situations.

La Cgt, ses principes, ses buts.

Son but est de défendre, avec les salariés, leurs droits et intérêts professionnels, moraux et matériels, sociaux et économiques, individuels et collectifs.

La CGT lutte pour la construction d'une société plus solidaire, plus démocratique, de justice, d'égalité et de liberté qui réponde aux besoins des hommes et des femmes. Elle agit pour une société libérée de toute exploitation et domination, contre la discrimination de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et contre toutes sortes d'exclusion.

Elle agit aussi pour l'égalité entre les hommes et les femmes. De plus, depuis toujours, elle milite en faveur de la paix et des droits de l'homme.

L'indépendance, c'est essentiel pour être lucide et efficace.

La CGT décide en toute indépendance à l'égard du patronat, des pouvoirs publics, des gouvernements, des organisations politiques, religieuses, philosophiques ou autres.

Le droit de grève est une liberté individuelle !

Comme toutes les libertés individuelles il faut défendre le droit de grève !

Seuls les salariés des pays libres bénéficient du droit de grève !

Le droit de grève en France est:

  •  · un droit garanti par la Constitution,
  • · un droit individuel des salariés,
  • · Bref, c'est une liberté individuelle

Au contraire de ce qui est annoncé dans les médias, le droit de grève n'est pas un droit des organisations syndicales.

Les salariés exercent librement leur droit de grève.

Le droit de grève a été reconnu à la fin du XIXe siècle comme  un droit individuel et de légitime défense,  qui peut attenter à d’autres droits.

La Constitution de 1946 (la Constitution est la loi fondamentale de la République), dont le préambule a été conservé comme Préambule de la Constitution de 1958 (5ème République) le consacre comme liberté fondamentale.
Or, puisque le droit de grève est un droit individuel, aucun salarié ni aucun citoyen ne peut priver

d’autres salariés de leur liberté de faire grève.

Pour la CGT il n'est pas pensable de porter atteinte à la liberté individuelle de faire grève ou non.

C'est pourquoi le projet gouvernemental qui prévoit un « accord de prévisibilité de service », dans lequel les salariés seraient invités à faire connaître leur participation à la grève 48 heures à l’avance est liberticide.

L’Organisation internationale du travail n’admet le service minimum que lorsque des questions de santé et de sécurité sont en jeu. Pas en matière de transport, ni d’éducation.

Le projet gouvernemental de limiter le droit de grève est bien un projet liberticide.

Attention: lorsque l'on s'attaque aux libertés individuelles ce sont toutes les libertés qui sont attaquées. C'est pourquoi un tel projet doit être combattu vigoureusement.

Principe de base : Le syndicat n’existe pas sans adhérent !

Le syndicat ? C’est une association de femmes et d’hommes libres.

Comme toi ils et elles veulent vivre libres. 

Qu'est-ce que le syndicat ? C'est une association qui a plus de droits qu'une simple association ! C'est pourquoi les patrons veulent supprimer les syndicats de salariés. 

Les syndiqué(e)s ? Ce sont les adhérents du syndicat. Ce sont des gens comme toi: Comme tous les salariés ils travaillent et ils sont exploités. 

Mais ils savent que seul(e) on est faible face au patronat exploiteur.
C’est pourquoi ils se sont groupés dans le syndicat. 

Car l’union fait la force. => D’ailleurs en anglais le syndicat se dit « UNION(s) ».
Et le groupement local des syndicats CGT s'appelle aussi "UNION"= l'Union locale CGT de Dieppe.Face à ton patron tu es seul ? Regroupe-toi dans le syndicat !
Si tu veux te défendre et défendre ta liberté,

Si tu en as marre d'être exploité => Syndique-toi CGT

Aide-toi et le syndicat t’aidera !

Méfie toi de ceux qui te disent : « Ne t’inquiète pas, je m’occupe de toi » ; ils te mentent car ce n'est pas vrai !  Ils s'occuperont pas de toi !

Occupe-toi de toi, syndique–toi !

Ta liberté, ta vie, n’appartiennent qu’à toi.

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 15 Février 2019

Être syndiqué-e à la CGT ouvre des droits :
Être syndiqué-e à la CGT ouvre des droits :
Être syndiqué-e à la CGT ouvre des droits :

Être syndiqué-e à la CGT ouvre des droits :

Droit de participer et de décider

La CGT fait le choix de la démocratie. Elle décide de ses orientations avec les syndiqué-e-s. Ses adhérents sont regroupés dans des syndicats qui sont les organisations de bases de la CGT.
Être citoyen dans le syndicat est au cœur de la vie syndicale : donner son opinion, débattre et participer à la prise de décision, s’impliquer dans la vie syndicale, y exercer des responsabilités si on le souhaite ;

Droit de se former

La formation syndicale est un droit pour tous les salariés et les privés d’emploi, qu’ils soient syndiqués ou non, sous réserve que la formation soit dispensée par une organisation syndicale représentative.

Chaque salarié a le droit de s’absenter 12 jours par an en formation syndicale. Toutefois le total des jours d’absence annuel dans une entreprise est limité (par exemple : 36 jours pour 50 salariés et 60 jours pour 100 salariés). La CGT revendique l’augmentation de ces droits.

 

Les modalités sont similaires dans les secteurs public et privé, même si elles se réfèrent à des bases législatives différentes (Code du travail pour le secteur privé, statuts pour les fonctionnaires ou les entreprises publiques).

La différence porte sur la couverture salariale de l’absence : il n’y a pas de perte de salaire dans le secteur public. Pour le privé, sauf en cas d’accord d’entreprise, la compensation est souvent très faible. La CGT revendique la prise en charge intégrale des salaires pour tous.

La CGT ambitionne la participation de tous les syndiqués à la formation syndicale dès leur adhésion.

La CGT propose plusieurs types et niveaux de formation, de caractère général ou spécifique, ouverts à tous les syndiqués, qu’ils aient ou non des responsabilités syndicales.

Ces formations sont organisées, selon les cas, à différents niveaux : l’entreprise, local régional, national…

Quelques exemples de formations...

 

La formation accueil : pour tous les salariés.

 

La formation QVS (Qualité de Vie Syndicale).

 

La formation Négociation Annuelle Obligatoire                                                          

 

La formation économique spécifique pour les membres délégués du personnel

 

La formation économique spécifique pour les membres Comité d’entreprise.                                                     

 

La formation économique spécifique pour les membres du CHSCT.                                                            

 

La formation des Conseillers prud'hommes.

 

La formation des Conseillers du salarié.

 

La formation Inaptitude et Handicap

 

La formation Fiche de paie….

Et d’autres modules selon les sujets

Droit et textes de base

Chaque salarié à droit à 12 jours de congé formation par an (18 jours dans certains cas), dans la limite d'un plafond déterminé par la taille de l'entreprise.
Sauf accord particulier dans la branche ou dans l'entreprise la garantie du paiement du salaire est très faible dans le secteur privé (limitée à 0,08 pour mille de la masse salariale de l'entreprise).
Les droits, il faut donc s'en servir et lutter pour
en gagner d'autres.

Les bases de la législation sur la formation économique, sociale et syndicale
La loi du 30 décembre 1985.
Des décrets et des arrêtés la complètent.
Les pages de cette partie du site Cgt proposent les extraits qu’il est indispensable de connaître.

Les textes de base
1. La loi n° 85-1409 du 30 décembre 1985 pour l'ensemble des salariés du secteur privé.
Elle définit l’ouverture du droit au congé, les conditions de son financement, le nombre et la durée des congés, la couverture au titre des accidents du travail.
Elle est formalisée à travers les articles du code du travail qui ont été modifiés.
2. Le décret n° 84-474 du 15 juin 1984 pour la fonction publique d'état
3. Le décret n° 85-552 du 22 mai 1985 modifié par le décret n° 94-191 du 4 mars 1994 pour la fonction publique territoriale.
4. La loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 et le décret n° 88-676 du 6 mai 1988 pour la fonction publique hospitalière
5. L’arrêté du 7 mars 1986 pour la détermination du nombre de jours de congé par taille d'établissement.
6. L’arrêté annuel (issu d'un arrêté du 7 mars 1986) fixant la liste des organismes dont les stages sont consacrés à la formation économique, sociale et syndicale.

 

Droit à l’information

La CGT dispose d’une presse confédérale dont l’objectif est d’être utile à la réflexion de chacun-e pour se forger son opinion, participer à l’échange collectif pour décider ensemble.
Ouverte sur le monde du travail, utile pour solidariser les intérêts de tous, construire les luttes qui unissent au plan local et national, européen et mondial.

  • Ensemble, mensuel adressé à l’ensemble des adhérents de la CGT.
  • La Nouvelle Vie ouvrière, hebdomadaire d’actualités, pour tous les syndiqué-e-s.
  • Options, mensuel pour les ingénieurs, cadres, techniciens.
  • Vie Nouvelle, 6 numéros par an pour les retraités.Dans le Nord

Pourquoi une cotisation syndicale ?

La cotisation syndicale versée régulièrement par le syndiqué matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément vital au financement de l’activité de toute la CGT, du syndicat qui mène l’action à l’entreprise jusqu’à la Confédération. Elle garantit son indépendance à l’égard du patronat et des pouvoirs publics.

De combien ?

La cotisation fixée statutairement à 1 % du salaire net est un principe d’égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

Pour une gestion pratique et régulière, la CGT, ses organisations pratiquent et encouragent le prélèvement automatique des cotisations syndicales.

(article 34 des statuts de la CGT)
« La cotisation syndicale versée régulièrement par chaque syndiqué - et sa ventilation à chacune des organisations qui constituent la CGT – matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément essentiel du financement de l’organisation. Elle assure l’indépendance de toute l’organisation. Elle donne les moyens d’une activité syndicale de qualité et permet d’en assurer le développement. »

Calcul de la cotisation

Cette cotisation est égale à 1% du salaire net, primes comprise, ou 0,50% de la retraite ou pension et donne droit à une déduction d’impôts.

(Réduction d'impôt pour versement de cotisations syndicales : 66 % des cotisations annuelles versées. )

Exemple : La cotisation syndicale s’élève à 10€ par mois,  elle sera de 3,40€ après les réductions d'impôt de 66%, soit 120€ par an, déduction fiscale de 66% le coût de votre cotisation annuelle sera de 34€

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #Droit des salariés, #DROIT DU TRAVAIL, #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 8 Janvier 2019

Je verse une cotisation syndicale, comment puis-je la déduire ?
Je verse une cotisation syndicale, comment puis-je la déduire ?
Je verse une cotisation syndicale, comment puis-je la déduire ?
Je verse une cotisation syndicale, comment puis-je la déduire ?

Pour les salariés n'ayant pas opté pour la déduction de leurs frais réels, ainsi que pour les retraités, les cotisations syndicales ouvrent droit à un crédit d’impôt.

Il s’agit de sommes versées à un syndicat professionnel représentatif assurant la défense de salariés ou de fonctionnaires.

Peuvent en bénéficier :

  • l’ensemble des salariés du secteur privé et du secteur public ;
  • les fonctionnaires ;
  • les retraités qui adhèrent ou continuent d’adhérer à un syndicat représentatif de salariés ou de fonctionnaires ;
  • les salariés involontairement privés d’emploi, qui perçoivent des allocations chômage imposables comme revenus de remplacement selon les règles de droit commun des traitements et salaires.

Inscrivez case 7AC, 7AE ou 7AG de la déclaration 2042 RICI le total des cotisations versées dans l'année.

Le crédit d’impôt est égal à 66% du total des cotisations versées. Toutefois, ce montant ne peut excéder 1% du montant des traitements, salaires, avantages en nature ou en argent, pensions, rentes viagères à titre gratuit payés à l’adhérent, diminué des cotisations sociales déductibles.

A Noter : Si vous avez opté pour la déduction des frais réels au titre de vos traitements et salaires, vous devez inclure les cotisations syndicales dans les frais réels et par conséquent,  vous ne pouvez pas bénéficier du crédit d’impôt.

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT, #Droit des salariés

Repost0

Publié le 8 Janvier 2019

A quoi sert le syndicat.

être défendu, se défendre tous ensemble...

Oui, par exemple lorsque, soutenu par l’action des travailleurs, le syndicat intervient auprès de l’employeur pour obtenir une augmentation de salaire, faire lever une sanction...

Se défendre tous ensemble. Aussi bien dans l’entreprise face au patron, à une direction, qu’à l’échelle d’une localité, branche professionnel ou encore au plan national interprofessionnel, car en permanence les salariés sont contraints de se rassembler et d’agir de différentes façons pour faire valoir leurs droits et faire aboutir leurs revendications communes : garantie et sauvegarde de l’emploi, SMIC,
revalorisation des salaires et du pouvoir d’achat.

35 heures sans perte de salaire, amélioration des conditions de travail, retraites et pensions, droits et libertées...
Le syndicat ça sert à s’organiser pour se défendre, cela permet de s’unir et d’agir collectivement afin d’être efficace face au patronat et vis à vis des pouvoirs publics.

Un syndicat Comment sa marche

En termes simples, nous dirons que le syndicat c’est en quelque sorte une association des travailleurs actifs, retraités ou privé d’emploi.
- ça fonctionne avec des syndiqués,
- ça fonctionne grâce à leurs cotisations,

- ce sont eux qui proposent, orientent, et décident de l’activité, y participent, critiquent…
- ce sont eux qui choisissent les responsables syndicaux à l’entreprise et aux différents niveaux de toute la CGT, par des élections démocratiques.

C’est parce qu’il y a des syndiqués, dans l’atelier, le bureau, le service ou sur le chantier que le syndicat peut fonctionner démocratiquement au sein de l’établissement.

Mais la démocratie syndicale c’est bien plus que de déléguer sa confiance à certains….

A la CGT, les grandes ou petites décisions, les orientations, les objectifs, les moyens sont décidés par les syndiqués. La CGT, c’est nous tous ensemble.

Le rôle du syndiqué

Il faut élaborer le cahier des revendications, décider des formes de soutiens, de l’action, participer à la vie syndicale, etc.

Chacun fait part de son avis, de son opinion qui peut être différents de ceux d’un autre.
On échange des différents point de vue.
Chacun s’efforçant de tenir compte de l’opinion des autres, on argumente, au moment de la décision c’est celle de la majorité des syndiqués qui prévaudra…
Bien sur, personne n’est obligé d’abandonner ses idées personnelles.
Cela est valable pour tout se qui touche à la vie, au fonctionnement du syndicat…

Être syndiqué, c’est « faire quelque chose » au sein de son organisation…

Faire quoi et jusqu’où ? C’est vous-même qui déciderez.
Vous serez le syndiqué que vous voudrez être personne n’en décidera à votre place…

L’important étant d’être de plus en plus actif et nombreux pour bien défendre les revendications et intervenir pour des changements profonds.

Les publications CGT :
- Ensemble
- la NVO
- Le peuple
- Option pour les cadres
- la RPDS
- Le Droit ouvrier, et bien d’autre...
sont des outils indispensables que chaque syndiqué ce doit de lire pour être correctement informé des positions et solutions de sa CGT et agir en connaissance de cause.

Droit et avantages de l’adhérent

Le carnet d’adhérent CGT permet à son détenteur d’obtenir, auprès de l’organisation syndicale et de ses militants, les renseignements, services et avantages auxquels lui donne droit sa qualité de syndiqué.

Les timbres mensuels justifiant le règlement de ses cotisations, atteste de l’appartenance à la CGT lorsque que vos cotisations ont été reversés aux différentes structures de la CGT par votre syndicat.

Droit de se former

La formation syndicale est un droit pour tous les salariés et les privés d’emploi, qu’ils soient syndiqués ou non, sous réserve que la formation soit dispensée par une organisation syndicale représentative.

Chaque salarié a le droit de s’absenter 12 jours par an en formation syndicale. Toutefois le total des jours d’absence annuel dans une entreprise est limité (par exemple : 36 jours pour 50 salariés et 60 jours pour 100 salariés). La CGT revendique l’augmentation de ces droits.

Les modalités sont similaires dans les secteurs public et privé, même si elles se réfèrent à des bases législatives différentes (Code du travail pour le secteur privé, statuts pour les fonctionnaires ou les entreprises publiques).

La différence porte sur la couverture salariale de l’absence : il n’y a pas de perte de salaire dans le secteur public. Pour le privé, sauf en cas d’accord d’entreprise, la compensation est souvent très faible. La CGT revendique la prise en charge intégrale des salaires pour tous.

La CGT ambitionne la participation de tous les syndiqués à la formation syndicale dès leur adhésion.

La CGT propose plusieurs types et niveaux de formation, de caractère général ou spécifique, ouverts à tous les syndiqués, qu’ils aient ou non des responsabilités syndicales.

Ces formations sont organisées, selon les cas, à différents niveaux : l’entreprise, local régional, national…

Se syndiquer CGT, s’organiser, c’est rompre l’isolement

L’exemple de l’aide et maintien à domicile :
Le développement de l’aide et maintien à domicile répond à des besoins sanitaires et sociaux liés par exemple au vieillissement, au handicap ou à la petite enfance.
Des milliers de salariés, très souvent des femmes, y exercent des métiers mal reconnus souvent mal payés et dans des conditions difficiles.
Pour eux, se syndiquer CGT, s’organiser, c’est rompre l’isolement, construire des solidarités, construire les revendications, faire respecter ses droits.


Pourquoi une cotisation syndicale ?

La cotisation syndicale versée régulièrement par le syndiqué matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément vital au financement de l’activité de toute la CGT, du syndicat qui mène l’action à l’entreprise jusqu’à la Confédération. Elle garantit son indépendance à l’égard du patronat et des pouvoirs publics.

De combien ?

La cotisation fixée statutairement à 1 % du salaire net est un principe d’égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

Pour une gestion pratique et régulière, la CGT, ses organisations pratiquent et encouragent le prélèvement automatique des cotisations syndicales.

La cotisation (1 % du salaire net) n’est pas qu’un simple geste d’appartenance au syndicat, c’est surtout un geste de solidarité concret qui « irrigue » toutes les structures de la CGT et qui garantit son indépendance à l’égard de tous les pouvoirs.

La cotisation est déductible des impôts à hauteur de 66% et chaque syndiqués reçoit un reçu de déclaration fiscal, depuis cette année même les syndiqués non imposables bénéficierons de cette avantage.

pour une cotisation de 11 €uros versé à la CGT, 7.26 €uros vous seront remboursé par l’administration fiscale.
votre cotisation ne vous coûte donc que : 3,74 €uos


Statutairement - Se syndiquer, combien ça coûte ?
(article 34 des statuts de la CGT)

« La cotisation syndicale versée régulièrement par chaque syndiqué - et sa ventilation à chacune des organisations qui constituent la CGT – matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément essentiel du financement de l’organisation. Elle assure l’indépendance de toute l’organisation. Elle donne les moyens d’une activité syndicale de qualité et permet d’en assurer le développement. »

Calcul de la cotisation

Cette cotisation est égale à 1% du salaire net, primes comprise, ou 0,50% de la retraite ou pension et donne droit à une déduction d’impôts.

Exemple : pour un salaire net de 1500€ la cotisation syndicale s’élève à 15€, pour un salaire net de 1700€ elle sera de 17€ etc.


Plus d’info...

"Des centrales syndicales trop nombreuses et une représentativité assise sur trop peu d’adhésions.
Le faible taux de syndicalisme en France pose inéluctablement la question du financement des syndicats.
Une large part de financement public que beaucoup dénoncent comme une anormalité."

Philippe Martinez s’explique sur cette particularité française sur Huffpost

Un syndicat est une association de personnes dont le but est de défendre les droits et les intérêts sociaux, économiques et professionnels de ses adhérents.

En France, les syndicats se distinguent des partis politiques, bien que des liens puissent exister entre eux, car leur but n’est pas de gouverner mais d’améliorer les conditions de travail.

La liberté syndicale a été reconnue en France par la loi dit Waldeck-Rousseau de 1884.

Elle rompt avec la loi Le Chapelier, qui pendant la Révolution française (1791) avait interdit tout groupement professionnel.

Le droit d’adhérer à un syndicat et de défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale a été ensuite réaffirmé dans le préambule de la constitution de 1946.

Le paysage syndical français, très fragmenté, est le fruit des luttes syndicales du XXe siècle.

L’État a reconnu comme représentatives cinq confédérations syndicales auxquelles il accorde le droit de négocier et de conclure des accords dans tous les secteurs (arrêté du 31 mars 1966). Il s’agit de :
- la Confédération générale du travail (CGT) créée en 1895,
- la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) créée en 1919,
- Force ouvrière (FO) née d’une scission avec la CGT en 1948,
- la Confédération française démocratique du travail (CFDT) créée en 1964,
- la Confédération générale des cadres (CGC) créée en 1944.

Le patronat est représenté depuis 1998 par le MEDEF (Mouvement des entreprises de France) qui a succédé au CNPF (Conseil national du patronat français) créé en 1946.

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #Droit des salariés, #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 20 Octobre 2018

REDUCTION SUR IMPOT DES COTISATIONS SYNDICALES

Cotisation syndicale: La réduction d'impôt transformée en crédit d'impôt.

Traditionnellement, l'adhésion à une organisation syndicale donnait droit à une réduction d'impôt correspondant au deux tiers de la cotisation payée. Or, en France, la moitié des foyers est en dessous du seuil minimal d'imposition. Les salariés les plus modestes ne pouvaient donc bénéficier de la mesure, alors que sa démarche consiste à favoriser l'adhésion Syndicale. Avec la mise en place d'un crédit d'impôt, tous les salariés se retrouvent à égalité car les non-imposables recevront un chèque du Trésor Public égal à 66% de leur cotisation.

Enfin, la mesure étant intégré à la loi finances rectificative, elle s'applique depuis 2013.

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #INFORMATIONS SITE DE CSC SAINT GILLES, #Info Nationale Syndicat CGT CSC, #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 8 Mai 2018

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Se syndiquer CGT ?

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 30 Avril 2018

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT, #Info Nationale Syndicat CGT CSC, #INFORMATIONS SITE DE CSC SAINT GILLES, #Droit des salariés

Repost0

Publié le 2 Mars 2018

  • n syndicat, c'est utile.

 

Il suffit de voir ce qui se passe dans de nombreuses petites entreprises où il n'y a ni syndicat ni délégué pour comprendre que les patrons en profitent pour "faire la loi" sans respecter les droits des salariés.

Et s'il existe un certain nombre d'"avantages" pour les salariés de certaines entreprises, notamment les plus grandes, , c'est bien parce qu'une partie d'entre eux se sont organisés et ont créé des syndicats pour se défendre et obtenir des acquis sociaux.

C'est la faiblesse et l'individualisme des salariés qui permet aujourd'hui aux patrons d'en prendre un peu trop à leur aise !

 

  • Pas de syndiqués   Pas de syndicat

 

A la différence des syndicats-maison mis en place et soutenus par les employeurs, la CGT n'existe que parce que des salariés, comme vous et moi, se syndiquent et la font vivre.

Etre syndiqué, c'est être utile : Savoir que l'on apporte sa pierre aux droits des salariés au lieu de râler dans son coin ou de se contenter de profiter de ce que les autres ont obtenu.

 

  • Etre syndiqué, ça me donne quoi ?

Etre syndiqué, cela donne le droit de participer à la vie du syndicat :

Etre informé par des infos rapides par SMS, par mail (pour ceux qui ont une adresse électronique). Chaque syndiqué reçoit aussi chaque mois le journal national de la CGT.

Etre formé, en s'inscrivant aux formations syndicales qui sont proposées, pour apprendre ses droits et les moyens de se défendre.

Etre défendu : La CGT, c'est la solidarité.

Donner son avis et décider ensemble de ce que l'on va faire, dans les assemblées de sections syndicales (par secteur) ou dans les assemblées du syndicat. Ce sont les syndiqués qui, à chaque Congrès, élisent les responsables du syndicat.

Si certains choisissent de garder leur syndicalisation "confidentielle", nombreux sont ceux auxquels le fait d'être syndiqué CGT a permis d'être mieux respecté dans leur secteur.

 

  • Etre syndiqué, ça m'engage à quoi ?

 

Chaque syndiqué garde sa liberté de penser et sa liberté d'action

La CGT est ouverte à tous les salariés, quelles que soient leur opinions politiques, philosophiques ou religieuses, qui sont d'accord pour se défendre ensemble.

La CGT, c'est pas l'armée ! C'est notre diversité qui fait notre richesse !

Chaque syndiqué est libre de la place qu'il prend dans le syndicat

Certains se contentent de payer une cotisation, sans vouloir s'impliquer plus dans la vie du syndicat : c'est leur droit.

D'autres servent de relai dans leur secteur, pour faire circuler les informations.

Certains font le choix de solliciter un mandat de délégué, et représentent ainsi les salariés et le syndicat auprès de la hiérarchie et de la Direction.

Chacun apporte sa contribution en fonction de sa situation, de son tempérament, de ses envies. Mais beaucoup peuvent témoigner que la vie syndicale leur a apporté beaucoup sur le plan personnel.

 

  • Se syndiquer, c'est faire une croix sur sa carrière ?
  • C'était vrai il y a quelques années.

    Ce n'est plus vrai maintenant.

    Car, nous avons fait et gagné des procès contre la discrimination syndicale. La Direction PSA a du signer des accords de droit syndical et s'engager à ne plus prendre en compte l'appartenance syndicale pour décider des augmentations et des promotions.Nous vérifions chaque année que cet engagement est tenu et imposons des corrections dans les secteurs où une minorité de hiérarchiques a encore une attitude discriminatoire.

     

    • Se syndiquer, ça coûte combien ?

     

    La cotisation mensuelle indicative est de 1% du salaire net mensuel habituel : Si je gagne habituellement 1500 € par mois, la cotisation indicative est de 15 € par mois.

    On parle de cotisation indicative car c'est un point de repère. Chacun est libre de cotiser un peu moins ... (ou beaucoup plus !) en fonction de sa situation.

    Chaque année, le syndicat remet à chaque syndiqué une attestation fiscale, à joindre à sa déclaration de revenus, qui permet d'avoir une réduction d'impôt égale au 2/3 des cotisations syndicales versées. Nouveau : la loi de finance rectificative de 2012 a instauré un crédit d'impôt du même montant pour les salariés non imposables. Ainsi, une cotisation de 15 € par mois ne revient finalement qu'à 5€ que l'on soit imposable ou non.

    Si je rencontre des difficultés financières, je peux demander au syndicat de suspendre ma cotisation, le temps de "retomber sur mes pattes".

    Et si un jour, pour une raison ou une autre, je ne veux plus être syndiqué, rien de plus simple : j'arrète ma cotisation.

     

    • A quoi servira ma cotisation ?

     

    La cotisation sert d'abord à faire fonctionner le syndicat :

     

    Par contre, aucun responsable de notre syndicat ne reçoit de salaire ou d'avantage quelconque car nous sommes tous des bénévoles.

    Une partie de la cotisation est reversée à la CGT pour la faire fonctionner au niveau local (UL), départemental (UD), régional (Comité Régional), national (confédération) et professionnel (fédération du Commerces..). Cela permet aussi à chaque syndiqué de recevoir le journal national mensuel de la CGT.

     

     

     

     

     

    L'union fait la force !!! Syndiquez-vous !!!

     
Se syndiquer , c'est s'impliquer !!!

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 12 Septembre 2017

C’est la première question que se posent des milliers de salariés. Voici quelques arguments qui permettent d’apporter une réponse concrète :

 

Sur le plan PERSONNEL :

 

• Tu n’es plus seul ou isolé et tu fais partie d’un groupe de collègues qui sont solidaires et fraternels. Tu es épaulé, écouté, rassuré et soutenu par les délégués et le syndicat. Ensemble, nous montrons qu’il est possible de se faire entendre et de balayer le fatalisme.

 

• Tu es conseillé et défendu prioritairement. Le syndicat t’aide et t’accompagne dans tes démarches (pour résoudre tes problèmes quotidiens dans l’entreprise, t’assister face à l’employeur ou ta hiérarchie, en cas de licenciement…).

 

Tu bénéficies de l’aide juridique du syndicat et en cas de litige avec ton employeur, nous mettons à ta disposition nos avocats spécialisés en droit du travail

 

• Tu acquiers un poids supplémentaire face à l’employeur ou à ta hiérarchie. Tu n’es plus obligé de subir un management agressif ou être victime de harcèlement. Avec le syndicat, tu regagnes de la dignité.

 

• Tu es informé sur tes droits, ta convention collective, le Code du travail mais aussi sur l’actualité sociale nationale ou de la profession (publications, courriels, fiches, fonds documentaires…). Tu es informé pour mieux agir et tu connais mieux tes droits. Tu comprends aussi mieux les enjeux d’une négociation.

 

• Tu es consulté pendant la négociation et avant la signature d’un accord dans l’entreprise.

 

• Tu peux t’exprimer, donner ton avis sur les revendications à défendre ainsi que sur l’activité et les orientations du syndicat.

 

• Tu peux participer aux réunions des adhérents, témoigner et confronter ton point de vue.

 

• Tu peux être acteur de la vie sociale dans l’entreprise, dans la branche ou au niveau national.

 

• Tu bénéficies d’un crédit d’impôt de 66 % sur les cotisations versées au syndicat (exemple : 18 euros versés par mois te coûtent, après déclaration des impôts, seulement 6 euros).

 

• Tu as accès à la formation syndicale : les syndiqués bénéficient tous les ans de 12 jours de formation sans perte de salaire. Toutefois le total des jours d’absence annuel dans une entreprise est limité (par exemple : 36 jours pour 50 salariés et 60 jours pour 100 salariés). La CGT revendique l’augmentation de ces droits. (dans la limite de l’enveloppe de 0,08 pour mille du montant des salaires payés pendant l’année).

 

• Tu bénéficies des moyens du syndicat pour tes démarches (téléphone, fax, ordinateur, copies…) dans les locaux du syndicat.

 

• Tu peux être mandaté par le syndicat ou siéger dans les instances (ex : délégué syndical, représentant syndical du comité d’entreprise, du CHSCT ou dans des instances de la formation professionnelle, de la protection sociale…).

 

• Tu élargis ton réseau personnel et professionnel en faisant la connaissance d’autres collègues, élus ou mandatés dans des entreprises du secteur.

 

• Tu développes l’esprit critique contre la pensée unique ou l’idéologie patronale (prônant le libéralisme, l’individualisme ou la culture du profit à n’importe quel prix).

 

Sur le plan COLLECTIF :

 

• Permet de décrypter les projets de la direction et d’analyser les évolutions sociales ou sectorielles. Ainsi, le syndicat permet d’y voir plus clair et de comprendre l’enjeu des négociations.

 

• Représenter les salariés dans différentes instances et défendre activement leurs intérêts dans des négociations (salaires, formation, conditions de travail, santé, prévoyance, égalité femmes-hommes, retraites, loisirs et culture…).

 

• Permet de défendre des valeurs et agir pour la liberté, l’égalité, la justice, la paix, la solidarité, le bien-être au travail, les droits de l’homme, l’environnement, mais aussi contre les discriminations, le racisme, la xénophobie, l’individualisme…).

 

• Permet de construire l’activité syndicale dans l’entreprise, définir les revendications et organiser des rendez-vous collectifs sous la responsabilité du syndicat (rassemblement, mobilisation, manifestation, sit-in, flash mob…).

 

• Permet de mutualiser les moyens pour avoir des responsables ou permanents chargés de coordonner, animer, soutenir, conseiller les équipes syndicales.

 

• Défendre et faire évoluer nos métiers, nos professions, nos statuts, nos qualifications et nos prérogatives professionnelles.

 

• Permet de soutenir et financer les activités du syndicat (locaux, fonctionnement, communication, action juridique, mobilisations, aide aux sections syndicales, aux adhérents…).

 

• Améliorer le rapport de force dans l’entreprise jusqu’au niveau national (le syndicat est un contre-pouvoir.

 

• Permet de défendre d’autres choix que ceux imposés par la direction en formulant des propositions alternatives.

 

• Donne plus de poids pour défendre les intérêts de tous les salariés lors des négociations dans les instances représentatives du personnel à l’entreprise, dans les instances paritaires, les organismes sociaux pour négocier des accords collectifs…).

 

• En cas de litiges collectifs, le syndicat mandate ses avocats et assure tous les frais liés à une procédure juridique.

 

• Permet au syndicat de développer et d’organiser la solidarité entre les salariés des entreprises d’un même groupe ou de la profession.

 

• Organiser la solidarité financière du syndicat en cas de conflit dur dans une entreprise où il est implanté.

 

Droit à l’information

La CGT dispose d’une presse confédérale dont l’objectif est d’être utile à la réflexion de chacun-e pour se forger son opinion, participer à l’échange collectif pour décider ensemble.

 

Ouverte sur le monde du travail, utile pour solidariser les intérêts de tous, construire les luttes qui unissent au plan local et national, européen et mondial.
Ensemble, mensuel adressé à l’ensemble des adhérents de la CGT.


La Nouvelle Vie ouvrière, hebdomadaire d’actualités, pour tous les syndiqué-e-s.


Options, mensuel pour les ingénieurs, cadres, techniciens.


- Vie Nouvelle, 6 numéros par an pour les retraités.

 

Nos journaux

 

Pourquoi une cotisation syndicale ?

La cotisation syndicale versée régulièrement par le syndiqué matérialise son appartenance à la CGT et constitue un élément vital au financement de l’activité de toute la CGT, du syndicat qui mène l’action à l’entreprise jusqu’à la Confédération. Elle garantit son indépendance à l’égard du patronat et des pouvoirs publics.

 

De combien ?

La cotisation fixée statutairement à 1 % du salaire net est un principe d’égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

Pour une gestion pratique et régulière, la CGT, ses organisations pratiquent et encouragent le prélèvement automatique des cotisations syndicales.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT, #INFORMATIONS SITE DE CSC SAINT GILLES, #Droit des salariés

Repost0

Publié le 1 Juillet 2017

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT

Repost0

Publié le 30 Mai 2017

Pourquoi rejoindre le syndicat CGT CSC?

Pourquoi rejoindre le syndicat CGT CSC?

 

 

le (la) Syndiqué(e) Cgt : quelle place et quel rôle?


La Cgt invite chacune et chacun de ses syndiqués(ées) à prendre sa place dans l'action et l'activité syndicales, à s'y investir, à s'y épanouir selon ses souhaits et ses possibilités . Car la Cgt, ce n'est pas " les autres ", qu'ils soient responsables ou délégué(e)s, élu(e)s ou mandaté(e)s ; la vraie force de la Cgt, c'est l'action conjuguée et cohérente de ses 700 000 adhérents pour améliorer la situation de toutes et tous.

La Cgt se construit au travers et par la participation des syndiqués. Ils sont auteurs, acteurs et décideurs de leur organisation. Leurs diversités et leurs différences conjuguées au respect, à la tolérance, à l'écoute et à la démocratie font toute la richesse et le dynamisme de la Cgt.

Se syndiquer est un droit pour chaque salarié, tout comme participer à la vie et au fonctionnement de la Cgt en acquittant une cotisation.

Cet engagement ouvre au syndiqué des droits essentiels à son activité, à son investissement dans l'organisation pour en devenir pleinement acteur :
droit à la formation syndicale, droit de recevoir de l'information (tracts, bulletins fédéraux, infos locale ou départementale, publication confédérale).

La cotisation syndicale, versée régulièrement par le syndiqué, matérialise son appartenance à la Cgt et constitue un élément vital du financement de l'organisation. Elle garantit son indépendance à l'égard du patronat et des institutions.

La cotisation fixée statutairement à 1% du salaire net est un principe d'égalité. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.

La cotisation irrigue l'ensemble des structures de la Cgt, du syndicat qui mène l'action dans l'entreprise à la confédération. Elle sert à financer leur activité et leur fonctionnement, à animer, à développer et à renforcer toute l'action de la Cgt

Les fédérations, qui interviennent dans le champ professionnel, les unions locales, les unions départementales et les comités régionaux, dans le champ territorial, ont en effet besoin de moyens financiers pour vivre et mener une activité efficace.

Une répartition de la cotisation du syndiqué est donc opérée entre tous ces " outils " complémentaires indispensables et à l'efficacité de la Cgt,

Pour une gestion efficace et régulière, la Cgt, ses organisations pratiquent et favorisent le prélèvement automatique des cotisations syndicales.


 

Se syndiquer: Rien de plus simple.

En contactant un membre de notre syndicat. Il vous remettra alors un kit d'adhésion.


Une cotisation, pour quoi faire?

Être syndiqué(e) à la Cgt ouvre des droits

Se syndiquer est un droit pour chaque salarié, tout comme participer à la vie et au fonctionnement de la Cgt en acquittant une cotisation.

Cet engagement ouvre au syndiqué des droits essentiels à son activité, à son investissement dans l’organisation pour en devenir pleinement
acteur :

- droit à la formation syndicale

- droit de recevoir de l’information (tracts, bulletins fédéraux, publications locales, départementales ou confédérales).

 

Combien ça coûte ?

Lors des congrès de la CGT, il a été établi que le montant annuel des cotisations devait correspondre à 1% du traitement annuel du salarié, primes comprises. Chaque adhérent cotise proportionnellement à ses revenus.


La cotisation fixée statutairement à 1% du salaire net est un principe d’égalité. 66%sont déductibles des impots

Pour reprendre un slogan de la CGT

" SE SYNDIQUER, C'EST UTILE A TOUS ! "

alors n'attendez plus pour nous rejoindre.

La cotisation syndicale, versée régulièrement par le syndiqué, matérialise son appartenance à la Cgt et constitue un élément vital au financement de l’organisation. Elle garantit son indépendance à l’égard du patronat et des institutions.

Voir les commentaires

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #ADHEREZ A LA CGT

Repost0