Une fin pour la discrimination à l’embauche ?

Publié le 15 Avril 2019

Une fin pour la discrimination à l’embauche ?

Le gouvernement a dernièrement lancé une campagne de sensibilisation contre le fléau causé par les multiples discriminations à l’embauche à travers le hashtag « Les compétences d’abord ».

Comment ? Le principe est très simple, envoyer des CV identiques, en ne changeant qu’uniquement le nom. Cette campagne plus qu’osée mais nécessaire prend la forme du « testing » auprès de plusieurs entreprises.

Pourquoi ? Aujourd’hui, c’est 85% des demandeurs d’emploi qui jugent beaucoup trop fréquentes les discriminations à l’embauche selon le baromètre du Défenseur des droits et de l’Organisation internationale du travail.

« Les discriminations ne sont pas la conséquence de politiques de recrutement ouvertement racistes ou sexistes, mais de successions de petites décisions, de préjugés, parfois même de petites lâchetés. A diplôme égal, il y a deux fois plus de chômage chez les jeunes des quartiers populaires, créant un sentiment d’humiliation terrible. Cela montre encore les barrages et les frontières qui existent dans notre société » a déclaré Mme El Khomri, ministre du travail.

L’objectif ? La grande campagne de sensibilisation au slogan plus qu’accrocheur « Les compétences d’abord » souhaite éradiquer toutes formes de discriminations à l’embauche en mettant à jour les pratiques des entreprises.

Le test de discrimination est une solution souvent plébiscitée par les demandeurs d’emploi : 72 % d’entre eux estiment qu’elle serait efficace pour lutter contre les discriminations à l’embauche.

Plusieurs facteurs sont aujourd’hui récurrents, à l’instar de l’âge. 88 % des personnes interrogées citent l’âge (au-delà de 55 ans) comme un des facteurs le plus discriminant. La maternité, l’apparence physique, l’orientation sexuelle ou encore l’origine géographique voire même la couleur de peau suivent de près dans la liste des facteurs favorisant la discrimination à l’embauche. Et les conséquences sont non négligeables…

De plus, quatre personnes sur dix ont abandonné purement et simplement leurs recherches d’emploi après avoir été victimes de discrimination.

C’est pour cela que le gouvernement a voulu réagir au travers d’une campagne réalisée auprès de 1 000 salariés, ciblant également la fonction publique puisque l’État se doit d’être exemplaire à ce sujet. Ainsi, c’est entre vingt et cinquante entreprises qui seront testées sans qu’elles ne le sachent afin de ne pas fausser les résultats.
« Les conditions de recrutement des entreprises se sont diversifiées et il faut en tenir compte pour ne pas obtenir l’effet inverse à celui voulu » confirme M. Rebsamen, membre du parti socialiste.
Les résultats seront alors publiés début Septembre 2016 de façon anonyme.

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #DROIT DU TRAVAIL

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article