Faute de repreneur, les supérettes Carrefour pourraient fermer en juillet

Publié le 6 Mars 2018

 Par Jérôme Lemonnier vendredi 2 mars 2018 à 18:53 (Mise à jour vendredi 2 mars 2018 à 18:59)

Par Jérôme Lemonnier vendredi 2 mars 2018 à 18:53 (Mise à jour vendredi 2 mars 2018 à 18:59)

273 magasins sous enseigne Carrefour (ex-Dia) font l’objet d’un plan de cession de la part du groupe spécialisé dans la grande distribution. Faute de repreneur, ceux-ci pourraient mettre la clef sous la porte dès juillet. Quatre sont concernés en Essonne.

Le 23 janvier, Alexandre Bompard révélait les dessous du plan de restructuration du groupe Carrefour. Outre un virage vers le numérique, le PDG du groupe annonçait également la cession d’une partie de son parc de supérettes. Au total, 273 magasins (ex-Dia) font partie de ce plan prévoyant des locations-gérances ou des cessions. Parmi ces derniers, figurent six enseignes essonniennes. Les Carrefour de Verrières-le-Buisson et d’Epinay-sur-Orge sont censés devenir des magasins franchisés d’ici l’été. Cependant, l’avenir semble plus flou pour les établissements de Breuillet, Longjumeau, Chilly-Mazarin et de Savigny-sur-Orge. Faute de repreneur, ces quatre enseignes pourraient fermer d’ici le mois de juillet. « On annonce une fermeture pour Chilly-Mazarin fixée le 7 juillet prochain et les trois autres pourraient suivre deux semaines après, soit le 21 juillet », avance Frédéric Roux, délégué syndical central de la CGT pour Carrefour proximité.

Quelques débrayages ont eu lieu au sein de ces magasins afin d’alerter les riverains et clients de ces supérettes, comme à Breuillet ce mardi 27 février. « Trouver un repreneur ne sera pas chose facile », explique l’un des salariés.

En attendant d’en savoir plus, des pétitions ont été mises en place par les salariés de l’enseigne. Dans ces communes, les municipalités ont aussi pris le dossier à bras le corps. « Nous allons tout faire pour qu’il y ait une reprise de l’établissement », confie notamment Bernard Sprotti, le maire de Breuillet. Ce dernier doit d’ailleurs rencontrer la direction de Carrefour d’ici la fin du mois à ce propos. Mais même dans le cas d’une reprise, les craintes sont là dans les rangs des employés. « Dans le cas où nous en trouvons un repreneur, reprendra-t-il l’ensemble des effectifs », s’inquiète l’un d’entre eux.

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #CGT carrefour contre le plan bompard

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article