Comment concilier sa maladie avec son travail ?

Publié le 29 Août 2017

Comment concilier sa maladie avec son travail ?

 

Lorsque vous êtes atteint d'une maladie qui nécessite des traitements souvent contraignants et des examens médicaux réguliers, il est souvent difficile d'allier votre quotidien avec un emploi.
Pour vous accompagner dans cette épreuve, Juritravail vous apporte quelques recommandations sur l'attitude à adopter vis-à-vis de votre employeur et vous aide à trouver la solution la plus adaptée pour vous permettre de conserver votre activité professionnelle.

 

Quelles raisons poussent un salarié malade à vouloir continuer de travailler ?

Certains salariés atteints d'une maladie grave, d'un cancer par exemple, n'ont pas d'autres alternatives que de devoir se retirer de la vie professionnelle pour vaincre leur maladie.

Pour ceux dont l'état de santé leur permet encore de travailler, le choix de poursuivre une activité ou non leur appartient. Chaque personne réagit différemment face à la maladie.

Certains malades préfèrent s'éloigner temporairement de la vie professionnelle pour affronter leur maladie loin du monde de l'entreprise pour diverses raisons, notamment, éviter les regards et les jugements.

Arrêt maladie : comment êtes-vous indemnisé ?

L'arrêt maladie : information et indemnisation

 

En France, 1.000 personnes apprennent chaque jour qu'elles ont un cancer et 400 travaillent.

2ème édition, Baromètre Cancer@Work, 2016

D'autres font le choix de continuer à travailler, pour des raisons qui leur sont propres :

  • se concentrer sur autre chose que sur la maladie et continuer à se sentir utile ;
  • garder le contact avec les collègues et le monde de l'entreprise pour rester sociable ;
  • peur de perdre leur emploi ;
  • limiter l'impact financier qu'engendre la perte de salaire.

Le salarié doit-il parler de sa maladie à son employeur ?

Avant toute chose, sachez que vous n'avez aucune obligation de parler de votre maladie à votre employeur.

Néanmoins, votre quotidien dans l'entreprise sera grandement facilité si vous décidez d'aborder votre maladie avec votre employeur et la médecine du travail, notamment si votre état de santé nécessite que vos conditions de travail soient aménagées.

Les perceptions de la société et des malades évoluent. Aujourd'hui, il est difficile pour 55% des actifs des salariés touchés par le cancer, de révéler sa maladie (contre 73% en 2013).

2ème édition, Baromètre Cancer@Work, 2016

Même si la médecine progresse, que les maladies sont diagnostiquées de plus en plus tôt, que les traitements sont de moins en moins invasifs, il n'en reste pas moins difficile de concilier son travail et sa maladie.

Comment justifier qu'à certains moments de la journée l'on puisse être fatigué et avoir besoin de se reposer ? Comment se rendre régulièrement à une séance de radiothérapie ou de dialyse programmée pendant son temps de travail ?

Que vous fassiez le choix d'en parler ou non, sachez que vous ne pouvez être écarté d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, ni même être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte (1), du fait notamment, de votre état de santé.

"Constitue en effet une discrimination directe, la situation dans laquelle, sur le fondement de son état de santé, une personne est traitée de manière moins favorable qu'une autre ne l'est, ne l'a été ou ne l'aura été dans une situation comparable" (2)

Quelles sont les solutions pour rendre compatible son travail et sa maladie ?

Pour continuer à travailler tout en faisant face à la maladie, des solutions existent.

Vous pouvez en effet demander que vos horaires de travail soient aménagés pour vous permettre par exemple de vous rendre à des traitements et à des examens liés à votre maladie.

Le télétravail peut également être une solution permettant d'éviter les déplacements fatiguant (voiture, transports en commun..). Le télétravail permet aussi aux salariés malades de travailler dans un environnement plus serein et d'éviter un environnement néfaste (froid, bruit…). Il facilite aussi le suivi d'un traitement et la prise de médicament à des heures régulières et constantes. Vous pourrez également, si nécessaire, vous reposer lorsque vous en avez besoin.

Par ailleurs, beaucoup de salariés reprennent une activité alors qu'ils ne sont pas guéris, après avoir été en arrêt pendant une longue période.

En vue de favoriser le maintien dans l'emploi des travailleurs en arrêt de travail d'une durée de plus de 3 mois, une visite de pré-reprise est organisée par le médecin du travail à l'initiative du médecin traitant, du médecin conseil des organismes de sécurité sociale ou du travailleur (3).

Au cours de l'examen de pré-reprise, le médecin du travail peut recommander (4) :

  • des aménagements et adaptations du poste de travail ;
  • des préconisations de reclassement ;
  • des formations professionnelles à organiser en vue de faciliter le reclassement du travailleur ou sa réorientation professionnelle.

Sauf si vous vous y opposez, il informe l'employeur et le médecin conseil de ces recommandations afin que toutes les mesures soient mises en oeuvre en vue de favoriser votre maintien dans l'emploi.

Par ailleurs, vous pouvez sous certaines conditions, bénéficier d'une reprise progressive d'activité (5). En effet, si votre médecin estime que votre état de santé ne vous permet pas de reprendre une activité professionnelle à temps plein, mais que la reprise d'une activité peut contribuer à votre rétablissement, il peut vous prescrire une reprise de travail à temps partiel pour motif thérapeutique.

De même, un mi-temps thérapeutique peut être envisagé si vous devez faire l'objet d'une rééducation ou d'une réadaptation professionnelle pour recouvrer un emploi compatible avec votre état de santé.

Vous n'avez pas encore de médecin traitant ?

Pour que votre maintien ou votre retour dans l'emploi se fasse dans les meilleures conditions possibles, il est important que vous soyez le relais entre chacun de ces acteurs. C'est à vous de leur expliquer quelle est votre situation personnelle et professionnelle mais aussi quelles sont les contraintes ou handicaps causés par votre maladie.

Références :
(1) Article L1132-1 du Code du travail
(2) Article 1er de la loi n°2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations
(3) Article R4624-29 du Code du travail
(4) Article R4624-30 du Code du travail
(5) Article L5212-13 du Code du travail

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #Droit des salariés

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article