Le congé proche-aidant :

Publié le 9 Mai 2017

Certains congés exceptionnels ont été crées ou ont vu leur durée allongée à compter du 1er janvier 2017. Nous faisons le point sur ces derniers.

Le congé proche-aidant :

 
La loi du 8 août 2016 a crée le congé de proche aidant (Article L.3142-16 et suivants du Code du travail) pour le salarié ayant au moins un an d’ancienneté lorsque l’une des personnes suivantes présente un handicap ou une perte d’autonomie d’une particulière gravité :

1° Son conjoint ;
2° Son concubin ;
3° Son partenaire lié par un pacte civil de solidarité ;
4° Un ascendant ;
5° Un descendant ;
6° Un enfant dont il assume la charge ;
7° Un collatéral jusqu'au quatrième degré ;
8° Un ascendant, un descendant ou un collatéral jusqu'au quatrième degré de son conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité ;
9° Une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à qui il vient en aide de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne.

Ce congé s’est substitué, à compter du 1er janvier 2017, au congé de soutien familial.

Le congé de proche aidant ne peut pas dépasser une durée maximale, fixée :
soit par convention ou accord collectif d'entreprise ou, à défaut, par convention ou accord de branche,
soit, en l'absence de convention ou accord applicable dans l'entreprise, à 3 mois.

Toutefois, le congé peut être renouvelé, sans pouvoir dépasser 1 an sur l'ensemble de la carrière du salarié.
Le congé de proche aidant n'est pas rémunéré par l'employeur (sauf dispositions conventionnelles ou collectives le prévoyant).

Le congé proche-aidant :

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #Droit des salariés

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article