SORTIR DU HARCELEMENT MORAL PROFESSIONNEL

Publié le 13 Mars 2017

SORTIR DU HARCELEMENT MORAL PROFESSIONNEL
SORTIR DU HARCELEMENT MORAL PROFESSIONNEL
SORTIR DU HARCELEMENT MORAL PROFESSIONNEL


Personne n’est à l’abri du harcèlement moral.

CGT CSC Saint Gilles sera présent à vos côtés pour vous soutenir dans vos démarches juridiques et/ou médicale.

Vous trouverez dans ce dossier ce qu’il faut connaitre pour agir en justice, mais tous ces éléments ne sont « qu’informatifs et textuels», l’essentiel relève de la volonté du client, car le plus difficile à faire admettre aux victimes d’harcèlement qui font appel à la justice, c’est qu’elles sont en réalité les seules à pouvoir y mettre fin …réellement.


1 /Définir le harcèlement :

Loi de Modernisation sociale du 17 janvier 2002, avait crée un article L. 122-49 du code du travail :
" Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel " ce texte est repris aujourd’hui sous les articles L. 1152-1 à L. 1152-6, L. 1154-1 et L. 1154-2, L. 1155-1 à L. 1155-4 du nouveau Code du travail

Selon le code pénal Article 222-33-2 du Code pénal (sanctions) :
tout salarié ayant procédé à des agissements constitutifs de harcèlement moral est passible d’une sanction disciplinaire. Toute personne, y compris le salarié, peut être condamnée pénalement (un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende).

Au terme de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 (JO du 28), est assimilé à une discrimination, tout agissement lié à l’appartenance ou la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, la religion, les convictions, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle ou le sexe, et tout agissement à connotation sexuelle, subis par une personne et ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

A la différence des dispositions du Code du travail, cette loi n’impose pas qu’il existe des agissements « répétés » pour que puissent être reconnus des faits de harcèlement moral ou sexuel

Pour Mme Hirigoyen auteur du livre référence sur la question, " le harcèlement moral au travail se définit comme toute conduite abusive (geste, parole, comportement, attitude…) qui porte atteinte, par sa répétition ou sa systématisation, à la dignité ou à l'intégrité psychique ou physique d'une personne, mettant en péril l'emploi de celle-ci ou dégradant le climat de travail »

Le harcèlement moral se différencie donc des autres formes de pression au travail en ce sens que ce qui est visé n'est pas l'accomplissement d'une tâche, finalité du travail qui s'accompagne obligatoirement d'une contrainte. Ce qui est visé c'est la personne. Le harcèlement au travail détourne les moyens du travail (organisation, conditions, outils, relations) afin de nuire à une personne voire l'éliminer de son emploi.

Dans le harcèlement, le problème n'est pas apparent, l'agresseur refuse toujours le dialogue.
Le harcèlement existe dans la durée, la répétition des agressions, l'intention de nuire.

Ainsi, il ne faut pas confondre le harcèlement avec le stress ou la pression psychologique liée à la surcharge de travail, même si le stress peut altérer la santé du travailleur.

Il existe même un management par le stress (la maltraitance managériale) qui consiste à placer l'ensemble des travailleurs de l'entreprise sous pression constante en considérant qu'il existe un "bon" stress ! Un dirigeant peut ainsi ne manifester aucun respect pour ses employés (insultes…), les menacer de renvoi, les surveiller constamment pour traquer toute perte de productivité ou temps mort, ou est alors la frontière avec un harcèlement moral répréhensible

Désormais, la forme professionnelle du harcèlement est punie par la loi.

Mais, il faut savoir aussi que vouloir faire appliquer la loi, à supposer que l'on rentre dans les cas qu'elle est censée couvrir suppose:

que le gain apporté par la loi sera supérieur aux ennuis que l'on ne manquera pas de s'attirer. Par exemple, si vous êtes victime d'un harcèlement de vos collègues, il est possible que le patron cherche la solution la plus simple pour lui, c'est à dire de vous éliminer vous, la victime, plutôt que de licencier plusieurs personnes.

qu'il faudra apporter des preuves (alors que les techniques de harcèlement psychologique sont justement la violence insupportable de petits faits qui, pris isolément, paraissent dérisoires) ou des témoins

Il faut donc bien savoir distinguer le véritable harcèlement moral d'une attaque passagère dans le temps. Une agression verbale peut découler de l'énervement d'un individu (bien que cette attaque vous permettra de savoir jusqu'où cette personne peut aller et ce qu'elle pense de vous). Le harcèlement moral est différent d'une simple friction entre individus parce qu'il est parfaitement reconnaissable par la durée, les moyens utilisés et les risques encourus par la victime.

2/Qui sont les protagonistes?

On ne peut pas identifier une situation de harcèlement au travail sans poser les règles du jeu pervers de manipulateur-victime, agresseur bourreau –proie ect..C’est en effet un imbroglio psychologique très complexe qui aboutit à une relation destructrice de harcèlement car seul un chef manipulateur arrivera à une mise sous emprise parfaite au point de presque hypnotiser son salarié conditionné, se tuant à la tache dans l’unique intérêt de son employeur, mais aussi au mépris de ses propres intérêts, d’où l’état de souffrance permanente .

Ainsi l’agresseur auteur de harcèlement est un manipulateur qui peut prendre de nombreux visages: (sympathique, séducteur, dictateur). L’agresseur agit ainsi pour deux grandes catégories de raisons: soit le contexte de l’entreprise (productivité, objectifs …) le pousse à appliquer ces méthodes (pour se débarrasser des salariés devenus indésirables, éviter le coût d’un licenciement,) ; soit l’auteur de harcèlement présente une pathologie perverse destructrice de l’"autre".

La victime n’est pas choisie au hasard, elle n’est pas plus faible ou plus vulnérable qu’une autre personne. Très souvent le harcèlement se met en place quand une personne réagit à l'autoritarisme d'un chef et refuse de se laisser maltraiter. La victime présente des qualités certaines (perfectionnisme, conscience professionnelle) et on ne peut pas dire que les victimes sont dans cette situation parce qu’elles l’ont "mérité".

Si les victimes sont assez fortes, elles doutent de leurs propres capacités. Celle-ci aura le sentiment de ne pas être à la hauteur, essaiera d’en faire plus, culpabilisant encore plus devant l’insatisfaction à laquelle elle fait face. De plus en plus fragilisée par des attaques répétées et par une culpabilisation grandissante, la victime tombe rapidement dans la maladie et la dépression. La victime ne comprend qu’elle est manipulée que quand les attaques insidieuses ont laissé la place à une violence manifeste. On ne peut pas non plus laisser dire que si les victimes se trouvent dans cette situation c’est parce qu’elles "le veulent bien". Contrairement à la personnalité masochiste, la victime ressent un intense soulagement quand elle est libérée de son tortionnaire.

L’entreprise est le cadre de cette relation violente. Selon les cas, l’entreprise participe à ces pratiques dégradantes, laisse faire ou dans le meilleur des cas réagit. Le harceleur utilise un système de déstabilisation très précis reposant sur un ensemble de techniques que l’on retrouve diversement associées et qui contribuent au "diagnostic" de harcèlement moral.

3/Identifier les techniques du harcéleur

Techniques relationnelles : visant à empêcher la victime de s’exprimer, à la déstabiliser : le harceleur n'adresse plus la parole au sujet, ou en criant, l’empêche de s’exprimer en l’interrompant, ne communique avec lui que sous forme de notes, ne le regarde plus, feint d’ignorer sa présence…

Ainsi des reproches répétés constituent-ils un harcèlement moral ?

Oui. Lorsqu'un employeur manque de doigté envers un salarié en lui faisant des reproches répétés devant ses collègues de travail, ces faits constituent un harcèlement moral. (Cass. Soc. 8 juillet 2009 N° 08-41638)

Sont constitutifs de harcèlement moral les brimades, réflexions désobligeantes quotidiennes, propos insultants et disqualifiants dénoncés par la salariée ainsi que par trois de ses collègues et par le témoignage d'une cliente.
(Cour d'Appel de Pau 9 Avril 2009 Numéro JurisData : 2009-005360)

La surveillance constante, les reproches et réflexions désobligeantes adressés au salarié, en particulier devant les clients, constituent des agissements répétés caractérisant une situation de harcèlement moral ayant pour effet non seulement de dégrader les conditions de travail mais également d'altérer la santé du salarié
(Cour d'Appel de Rennes 12 Mars 2009 Numéro JurisData : 2009-002640)

Les invectives d'un employeur peuvent-elles dégrader les conditions de travail et laisser présumer l'existence d'un harcèlement moral ?

Oui. L'employeur doit renverser la présomption de harcèlement résultant des attestations qu'un salarié produit à propos d'invectives qui par leur nature et par leur publicité ont nécessairement dégradé les conditions de travail de l'intéressée et porté atteinte à sa dignité. (Cass. Soc. 23 juin 2009 N° 08-43526)

Techniques d'attaques de la fonction du travail pour isoler et discréditer le travailleur : le priver des moyens de travail (téléphone, ordinateur, courrier, lumière même comme nous l’avons vu…), faire des allusions désobligeantes, mettre en doute ses capacités et le priver de toute occupation ; ou le contraindre à un travail dévalorisant ou absurde; ou le surcharger de travail de manière à mettre le travailleur en échec, de le dénigrer devant les autres et de pouvoir le sanctionner.

Le comportement d'un supérieur hiérarchique empreint d'agressivité traduisant sa volonté de restreindre les fonctions d'un salarié au sein de l'entreprise caractérise-t-il un harcèlement moral ?

Oui. Caractérise l'existence d'un harcèlement moral, le fait d'un supérieur hiérarchique ayant manifesté à l'égard d'un salarié un comportement empreint d'agressivité traduisant sa volonté de restreindre ses fonctions au sein de l'entreprise, sans fournir aucune explication ni lui adresser aucun reproche (Cass. Soc. 24 juin 2009 N° 07-45208)

La privation de prime sur objectifs, la privation d'une partie de l'augmentation de salaire qui était accordée antérieurement, la privation de la possibilité d'effectuer des heures complémentaires… laissent-ils présumer l'existence d'un harcèlement moral ?

Oui. L'employeur doit justifier par des éléments objectifs que la suppression partielle d'une augmentation de salaires et le non-paiement d'une prime ne constituent pas un harcèlement moral. (Cass. Soc. 24 juin 2009 N° 08-41746)

Le Juge doit rechercher si la privation de la possibilité d'effectuer des heures complémentaires, la suppression de primes trimestrielles, le changement du "lieu de résidence" de son véhicule et des retenues indues de salaire pour intempéries, sont de nature à faire présumer un harcèlement moral. (Cass. Soc. 3 juin 2009 N° 07-43923)

Techniques d'isolement du sujet en déconsidérant le salarié auprès de ses collègues : répandre des rumeurs, médire et calomnier, ridiculiser, humilier en public, mettre en cause sa vie privée, tenter de le faire passer pour "fou" (après un arrêt maladie).



Ainsi le fait pour un employeur de limiter de façon répétée les missions d'un salarié et impliquant une baisse de sa rémunération constitue-t-il un harcèlement moral ?

Oui. Caractérise l'existence d'un harcèlement moral, le fait pour un employeur de limiter, de façon répétée, les missions d'un salarié impliquant une baisse de sa rémunération. (Cass. Soc. 24 juin 2009 N° 07-41925)

Techniques destructrices: compromettre la santé du travailleur, empêcher la prise de congés, occasionner des dégâts à son poste de travail, lui occasionner des frais, le menacer au travail ou par téléphone à son domicile, l’agresser sexuellement (par gestes ou propos, le harcèlement sexuel visant plus dans ce cas l’humiliation et la provocation).

Ainsi l'envoi à un salarié, en arrêt maladie prolongé, de courriers injustifiés évocateurs d'une rupture du contrat de travail caractérise-t-il un harcèlement moral ?

Oui. Caractérise l'existence d'un harcèlement moral, le fait qu'un salarié, en arrêt de maladie prolongé, ait reçu de nombreuses lettres de mise en demeure injustifiées évoquant de manière explicite une rupture du contrat de travail et lui reprochant ses absences. (Cass. Soc. 7 juillet 2009 N° 08-40034)

La violence physique reste cependant rare car les auteurs de harcèlement sont souvent trop intelligents pour accomplir des actes qu’ils savent réprimés sauf lorsque l’on bascule sur un autre travers de moral le harcèlement passe à sexuel, là cela relève du pénal ( cf fiche plainte pénale sur ce blog).

4/ PREPARER LA RISPOSTE

Si vous évoluer dans ce contexte il faut réagir et préparer sa défense, à ce stade les conseils d’un avocat sont essentiels, car si l’objectif est la rupture du contrat de travail tout doit être organisé pour quelle se fasse dans votre intérêt même sous couvert d’une démission.

Il faut consigner avec précision tous les faits qui lui paraissent relever d'une situation de travail anormale. Ces notes permettront une meilleure compréhension de l'évolution de la situation et de la réalité du harcèlement vécu. Elle doit chercher à obtenir confirmation de ses impressions auprès de personnes de confiance de son entourage (collègues ou supérieurs).

Continuer son activité normalement afin d'éviter les fautes professionnelles. Chercher à obtenir des explications de la part de la personne ou du groupe de personnes qui semblent être la cause des inquiétudes, au besoin en demandant que les griefs reprochés soient consignés par écrit. Alerter la hiérarchie à propos des difficultés rencontrées en manifestant son intention d'exercer son activité dans des conditions de travail satisfaisantes. Contester par écrit les sanctions disciplinaires infondées dont on est l'objet.

Contacter des interlocuteurs de confiance (délégués du personnel, médecin du travail).

Recueillir des preuves, un faisceau d'indices (courriers reçus, témoignages, certificats médicaux, éléments de discrimination au travail…) permettant d'établir la réalité de la situation telle qu'elle est vécue.
Protéger sa santé: Une personne placée dans une situation de stress violent perd ses capacités de résistance ("l’impossible résistance").

De nombreuses victimes tentent de se rebeller contre les agressions dont elles sont victimes mais la durée et la répétition des attaques viendront à bout de leur résistance. C’est alors la décompensation et l’évolution vers un état anxio-dépressif et/ou des troubles psycho-somatiques. L’absence pour maladie paraît alors le meilleur moyen de se ressourcer.

A Retenir la jurisprudence récente met en place un dispositif de preuve favorable au plaignant.

Le salarié doit-il prouver le harcèlement moral qu'il invoque ?

La charge de la preuve ne repose pas exclusivement sur le salarié. (Cass. Soc. 30 mars 2009 N° 07-45264)

Le salarié n'est tenu que d'apporter des éléments qui permettent de présumer l'existence d'un harcèlement moral. (Cass. Soc. 30 Avril 2009 N° 07-43219)

Il appartient au salarié de rapporter la matérialité des faits permettant de présumer l'existence d'un harcèlement. (Cass. soc. 24 septembre 2008 N° 06-45579) Si le salarié ne rapporte pas cette preuve, l'existence d'un harcèlement moral ne sera pas retenue.

Le salarié doit-il prouver les effets du harcèlement sur sa santé ?

Non. Il n'est pas nécessaire de prouver les effets du harcèlement sur la santé pour en démontrer l'existence.

Le salarié n'est tenu que d'apporter des éléments qui permettent de présumer l'existence d'un harcèlement moral. (Cass. soc., 30 avril. 2009, n° 07-43219)

5/QUITTER L’ENTREPRISE SANS PROCES

Un bon accord vaut mieux qu’un long procès, car l’intérêt essentiel est de se remettre de cet épisode de vie douloureux tant moralement qu’économiquement pour y parvenir il faut, sous l’égide de votre conseil mener les négociations ainsi il faut agir étape par étape afin d’éviter le Tribunal:

La médiation

La médiation présente de nombreux avantages quand les règles sont fixées au préalable et respectées ensuite. Elle peut permettre, si les parties l'acceptent, de sortir du processus en cours, de renouer le dialogue et de trouver une solution amiable, toujours préférable.
Le code du travail prévoit que « une procédure de médiation peut être engagée par toute personne de l'entreprise s'estimant victime de harcèlement moral ou sexuel. Elle peut être également mise en œuvre par la personne mise en cause. Le choix du médiateur fait l'objet d'un accord entre les parties".
Le médiateur est choisi en dehors de l'entreprise sur une liste de personnalités désignées (par le préfet). Le médiateur convoque les parties qui doivent comparaître en personne dans un délai d'un mois. En cas de défaut de comparution, il en fait le constat écrit qu'il adresse aux parties. Le médiateur s'informe de l'état des relations entre les parties, tente de les concilier et leur soumet des propositions qu'il consigne par écrit en vue de mettre fin au harcèlement. En cas d'échec de la conciliation, le médiateur informe les parties des éventuelles sanctions encourues et des garanties procédurales prévues en faveur de la victime. L'obligation de discrétion est étendue à toute donnée relative à la santé des personnes dont le médiateur a connaissance dans l'exécution de sa mission.

La mutation

Il peut s'agir d'un changement d'établissement ou simplement de poste de travail qui permettra de ne plus être en contact avec le harceleur. Le médecin du travail peut soutenir une demande de mutation en faisant des recommandations à l’employeur.
Un congé individuel de formation peut permettre à la personne qui en fait la demande de suivre, à titre individuel, des actions de formation dans le but d'accéder à un autre niveau de qualification et de changer de poste de travail. L'intérêt de cette démarche est de replacer la personne en difficulté dans une dynamique d'action tout en lui permettant de se soustraire temporairement de son environnement professionnel sans rompre son contrat de travail. Cette mesure peut être utilisée dans le cadre du maintien dans l'emploi.

La démission

La démission pure et simple est généralement déconseillée car elle est synonyme de perte de droits. Toutefois, certains cas de démissions peuvent être considérés comme légitimes par la commission paritaire des ASSEDIC qui accorde alors le bénéfice des allocations de chômage.
Il est également possible de faire requalifier cette rupture de contrat en licenciement , c’est la raison pour laquelle la lettre doit être rédigée sous certaine condition de forme laissant ouverte le principe de requalification, il faut l’écrire avec votre avocat.

La transaction

C'est un contrat par lequel les parties règlent des contestations liées à l'exécution ou à la rupture du contrat de travail. Elle ne peut avoir pour objet de rompre le contrat de travail et doit obligatoirement être conclue une fois que la rupture du contrat est devenue définitive (qu'il s'agisse d'un licenciement ou d'une démission).

Ceci n'empêche pas que des pourparlers soient engagés avant la rupture du contrat. Le plus souvent, il s'agira de se mettre d'accord sur les conséquences financières d'un départ, le salarié acceptant, en contre -partie d'une indemnité, de ne pas saisir les tribunaux pour contester la rupture du contrat. Il est recommandé de solliciter l'aide d'un conseiller juridique afin de négocier au mieux les termes d'une transaction qui peuvent s'avérer assez complexes.
L’employeur qui veut se séparer sans trop de dommages d’un de ses salariés peut proposer une transaction avec licenciement préalable. Le consentement des parties à cette transaction doit être librement donné. Il ne peut être valable s’il a été donné par erreur ou extorqué par violence ou par dol.

L'inaptitude prononcée par le médecin du travail

C'est la décision constatant l'impossibilité pour le salarié, en raison de son état de santé, d'occuper son poste de travail ou tout autre emploi dans l'entreprise.

L'inaptitude totale au poste de travail est prononcée par le médecin du travail après deux examens médicaux espacés de 15 jours. Cet avis oblige l'employeur à licencier le salarié inapte dans un délai d'un mois. Une mutation de poste peut être demandée à cette occasion.

L'avis d'inaptitude ne vaut que pour l'entreprise concernée et n'a aucune répercussion sur les emplois futurs de l'intéressé. L'inaptitude totale au travail dans l'entreprise est malheureusement souvent le seul moyen rapide et efficace pour soustraire la victime de son milieu de travail hostile et la protéger.

Si vous êtes licencié à la suite de cette inaptitude et que celle-ci est liée au harcèlement, Saisissez le Conseil de Prud'hommes aux fins de voir condamner votre employeur au paiement de diverses sommes à titre d'indemnité pour licenciement nul, d'indemnité de préavis et de dommages-intérêts.

En effet, si d'une part, vous avez fait l'objet de brimades et de dénigrements par votre collègue de travail qui vous a privé de vos responsabilités. Si d'autre part, ces agissements ont gravement altéré votre santé.

Si enfin, votre inaptitude est la conséquence directe de ceux-ci. Alors vous avez été victime de harcèlement moral et votre employeur ne pouvait se prévaloir de votre inaptitude. Votre licenciement est nul. (Cass. Soc. 24 juin 2009 N° 07-43994)


6/ AGIR EN JUSTICE

Différentes possibilités sont envisageables sous réserve de disposer d'éléments de preuve suffisants à l'appui de l'action en justice.

La résiliation judiciaire du contrat de travail

Lorsque le salarié ne peut plus exercer son activité dans des conditions normales, il peut saisir le Conseil des Prud'hommes afin que soit prononcée la rupture de son contrat de travail aux torts exclusifs de l'employeur. Le salarié reste juridiquement lié à son employeur tant que la décision de justice n'est pas intervenue (il doit donc poursuivre son activité ou se faire prescrire un arrêt-maladie).
Dans les cas d'urgence (il faut des arguments recevables incontestables), il est, en principe, possible de saisir le Conseil des Prud'hommes en référé (procédure d'urgence).
La résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l'employeur produit les mêmes conséquences qu'un licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse et ouvre donc droit à des dommages et intérets en sus des indemnités légales ou conventionnelles.

La requalification d'une démission en licenciement

On peut la demander à condition d'établir que cette démission est la conséquence des pressions exercées par l'employeur ou qu'elle résulte d'une situation de travail devenue intolérable dont l'employeur était averti. Il est alors conseillé d'adresser à l'employeur une lettre en recommandé avec AR dans laquelle on précise les circonstances qui ont conduit à démissionner. Il convient ensuite de saisir le Conseil des Prud'hommes pour obtenir la requalification de la rupture en licenciement. Cette requalification emporte les mêmes conséquences qu'un licenciement sans cause réelle et sérieuse. La démission est un acte unilatéral grave par ses conséquences, et la volonté exprimée doit être claire et non équivoque. (par lettre recommandée). Le fait pour un salarié de mettre fin au contrat de travail suite à un comportement fautif et injurieux de l’employeur ne caractérise pas cette volonté (Cassation. Soc. 29/10/96 ). Il en est de même des démissions données sous la contrainte après des pressions ( Cassation.Soc. 26/05/93 ).

Obtenir réparation du préjudice subi.

Si on estime avoir été licencié abusivement, il est possible de saisir le Conseil des Prud'hommes afin de contester le motif de son licenciement ( la perte de confiance par l’employeur ne constitue pas un motif sérieux ) et d'établir la réalité des circonstances qui a conduit à ce dernier. Une telle action a pour but d'obtenir des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse auxquels peut s'ajouter une indemnisation pour le préjudice moral subi. Le salarié harcelé est protégé.La notion d’exécution de bonne foi du contrat de travail (Art. L. 120-4.nouveau CT: " Le contrat de travail est exécuté de bonne foi. ", et art. 1134 Code. Civil ) aidera à sanctionner des mesures à priori licites car fondées sur le pouvoir de l’employeur mais qui constituent en réalité un abus de pouvoir.


L'action pénale

La répression du harcèlement moral est introduite dans le Code pénal par l'article 225-33-2 nouveau du Code Pénal: « Le fait de harceler autrui par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 Euros d'amende. La condamnation pénale de l'auteur du harcèlement moral n'emporte pas automatiquement rupture du contrat de travail, mais elle influera fortement sur une demande de rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur. » Les dommages et intérêts sont obtenus non au regard de la rupture du contrat de travail mais au regard de la constitution de partie civile.

7/ PARTIR ET GUERIR

Quelles suites après avoir osé parler, vous ne serez pas sanctionnés pour avoir dénoncé des faits d’agissements, un salarié peut-il être licencié pour avoir prétendu être victime d'un harcèlement moral ?

Non. Un salarié qui relate des faits de harcèlement moral ne peut être licencié pour ce motif, sauf mauvaise foi, laquelle ne peut résulter de la seule circonstance que les faits dénoncés ne sont pas établis. Il appartient à l'employeur de rapporter les preuves permettant au Juge de caractériser cette mauvaise foi.
(Cass. Soc. 17 juin 2009 N° 07-44629)

Le fait pour un salarié d'imputer à son employeur, après en avoir averti l'inspection du travail, des irrégularités graves dont la réalité n'est pas établie, et de reprocher des faits de harcèlement à un supérieur hiérarchique sans les prouver ne caractérise pas un abus dans l'exercice de la liberté d'expression et ne constitue pas une cause réelle et sérieuse de licenciement.

Le licenciement motivé par les accusations de harcèlement moral proférées par le salarié est nul de plein droit sauf preuve de la mauvaise foi de ce dernier.

Si les faits se sont avérés vrais, et que vous sortez de l’entreprise avec ce que vous souhaitiez obtenir de votre harceleur, une transaction, une condamnation ect…, Il restera un chemin de rétablissement personnel et de guérison avec l’aide d’un professionnel ou pas…


Harcèlement moral, manipulateurs : les reconnaître, les combattre.

Par Benjamin LUBSZYNSKI est Thérapeute

Il a fallu du temps pour comprendre qu’une grande partie du problème venait de votre harceleur, de votre manipulateur et non pas de vous. Parce qu’au départ vous l’avez cru, vous vous êtes accusé de tout et de rien, d’être trop sensible, de manquer de confiance en vous, de ne pas être assez performant. Il a fallu du temps pour que vous compreniez que le problème était extérieur à vous. Que vos difficultés provenaient d’un harcèlement moral ou d’un manipulateur.

Harcèlement moral, manipulation, deux noms pour un même phénomène. Le premier s’attache au monde du travail, le second à votre vie privée.

Les deux vous détruisent intimement.

Comment reconnaître le harcèlement moral, la manipulation.
Il est extrêmement simple de savoir si vous êtes le jouet d’un harcèlement moral ou d’un manipulateur. Deux critères permettent de le savoir :

1) La personne fait-elle des choses petites ou grandes que la morale, la loi, ou une personne moyenne refuserait ?
2) A la fin, contre cette personne, êtes-vous systématiquement perdant ?

Si les deux critères sont vrais alors vous pouvez être certain que vous êtes manipulé.
Si tel est le cas, on ne vous invitera jamais assez à lire le livre d’Isabelle Nazarre Aga : Les manipulateurs sont parmi nous. Cet ouvrage (avec le Harcèlement moral d’Arrogyen fait office de référence). Dedans vous trouverez magnifiquement résumés les mécanismes du harcèlement moral et de la manipulation. Isabelle Nazarre isole trente caractéristiques pour définir un harceleur moral, un manipulateur relationnel. Faites le test avec votre bourreau quotidien, s’il en remplit seulement quatorze, alors prenez la situation en main : consultez un psy ! Parlez-en autour de vous ! Ayez recours à un syndicat, une association d’aide ou même à la police selon les cas.

Ne négligez pas l’impact qu’un tel individu peut avoir sur votre vie : demandez de l’aide.

Test pour reconnaître le harcèlement moral ou un manipulateur.
14 critères sur 30 suffisent à établir le diagnostic de harcèlement moral ou de manipulateur relationnel.

 

1. Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, etc.11. Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne (maladie exagérée, entourage «difficile», surcharge de travail, etc.)21. Il peut être jaloux même s’il est un parent ou un conjoint. 
2.Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.12. Il ignore les demandes (même s’il dit s’en occuper).22. Il ne supporte pas la critique et nie des évidences.
3.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.13. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins (notion d’humanité, de charité, racisme, «bonne» ou «mauvaise» mère, etc.)23. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.
4.Il répond très souvent de façon floue.14. Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.24. il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui.
5. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes et les situations.15. Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.25. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au schéma opposé.
6. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.16. Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.26.Il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.
7.Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.17. Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.27.Il produit un état de malaise ou un sentiment de non-liberté (piège).
8. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres; il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.18. Il ment.28. Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.
9. Il fait faire ses messages par autrui ou par ses intermédiaires (téléphone au lieu du face à face, laisse des notes écrites).19. Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme, interprète.29. Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré.
10. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner et peut provoquer la rupture d’un couple.20. Il est égocentrique.
30. Il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.
 


Pourquoi le harcèlement moral, la manipulation font-ils aussi mal ?
Parlons sans détour, trivialement. Comment se fait-il que le harcèlement moral au travail, la manipulation en général ait autant de pouvoir sur nous ? C’est une histoire de bâton et de carotte, les manipulateurs, les harceleurs, soufflent le chaud et le froid. Donnez tout le temps du bâton à un âne, son cuir s’endurcit, il finit par se révolter. Donnez tout le temps des carottes, il les prend comme un dû. Donnez lui sans logique le bâton et la carotte, il en deviendra fou et vous obéira sans retenu.

Le harceleur lui distribue arbitrairement, presque sans logique, les réprimandes et les gentillesses. Bâton, carotte, bâton, bâton carotte, bâton. Déboussolé, amoindri, perdu face à cette agression permanente. On finit par espérer des bribes de gentillesse et craindre les méchancetés sans cause.
Pour résumer : les premières mesures à prendre.
Comme il est large l’arsenal des manipulateurs et des harceleurs ! Comme il est destructeur ! Abus de pouvoir, chantage, culpabilisation… Ils s’attaquent généralement au même type de personnes : intelligentes, morales, courageuses.
Intelligentes : parce qu’elle essaieront de comprendre ce qui n’a aucun sens sauf de faire mal et de dominer. Morales : parce qu’il pourra les culpabiliser, utiliser leur morale contre elles et pour son avantage. Courageuses : parce que si la personne craque elle ne lui est d’aucune utilité.

Il y a tant à dire sur ce sujet. Vous aurez compris au ton de mes phrases à quel point il me révolte. En tant que psy, je vois tant de personnes qui valent le coût, détruites par des gens sans scrupules.

Plutôt que de continuer ce sujet, je me permettrais donc de vous donner quelques conseils très directs.
1) Face à un manipulateur : fuyez ! Il n’y jamais rien à gagner à sa fréquentation. C que vous y gagnerez, vous le paierez toujours trop cher.
2) Si vous êtes piégés : demandez de l’aide. Psy, avocat, syndicat, association, police. Des gens sont là pour vous épauler et vous aider.

Ne minimisez pas votre problème. Demandez l’aide qu’il faut, vous vous en sortirez. Courage !

Rédigé par SYNDICAT CGT LOGISTIQUE CARREFOUR SUPPLY CHAIN

Publié dans #Droit des salariés

Repost 1
Commenter cet article